THERAPIES PARENT ENFANT COUPLE Cabinet Psycho Médical Psychiatre Psychanalyste Psychothérapeute Pédopsychiatre Experts en Relations Conjugales & Familiales Thérapies familiales, Thérapies de couple Psychothérapies analytiques individuelles personnalisées Bilan & Suivi psychologique des enfants et des adolescents Médiations pré et post séparation, Garde Alternée Accompagnement de la grossesse et du post-partum Déprime, Baby Blues, Thérapie mère/bébé
THERAPIES PARENT ENFANT COUPLECabinet Psycho Médical Psychiatre Psychanalyste Psychothérapeute PédopsychiatreExperts en Relations Conjugales & Familiales Thérapies familiales, Thérapies de couplePsychothérapies analytiques individuelles personnaliséesBilan & Suivi psychologique des enfants et des adolescentsMédiations pré et post séparation, Garde AlternéeAccompagnement de la grossesse et du post-partumDéprime, Baby Blues, Thérapie mère/bébé

Etre victime du burnout. Savoir anticiper, le reconnaitre & se faire aider

I – Définitions

 

C’est un choc émotionnel physique et mental que l’on peut identifier par plusieurs aspects et critères.

Comme une forme de dépression qui peut conduire au suicide, c’est un mal qui surgit progressivement, dans un processus lent et sournois. Un syndrome d’épuisement professionnel, qui résulte d’un stress prolongé (Fatigue, dépression, épuisement) et qui touche avant tout, et par définition, les professions de santé (médecins, infirmières), les métiers où un agent se trouve confronté seul à un public en difficulté et en grande demande (travailleurs sociaux, éducateurs, enseignants, policiers…), ou des personnes dont l’activité implique un engagement relationnel important. Il s’élargit à d’autres secteurs d’activité comme l’informatique ou le sport, et touche surtout les cadres qu’il peut conduire jusqu’à la mort par surcharge de travail, comme Karoshi au Japon.

 

Des individus submergés par leurs émotions

Colère, irritation, incapacité à faire face aux tensions, aux nouvelles situations et perte d’énergie, sont parmi les premiers signes de ce que Herbert Freudenberger nomme « craquage » ou « épuisement émotionnel et mental ». Il estime aussi que les attitudes négatives et le recours au cynisme, sont des manifestations faisant partie du tableau clinique. Il relève des stratégies de surenchère, comme passer de plus en plus de temps au travail et déployer une hyperactivité inefficace, mais aussi des stratégies d’évitement, comme la recherche de l’isolement et le refus du contact avec les collègues.

Burnout est utilisé à l’époque pour désigner les effets de la toxicomanie: s’user, s’épuiser, craquer en raison de demandes excessives, d’énergie, de forces ou de ressources.

 

Le sentiment d’échec
Un état de fatigue et de frustration, de dépression, provoqué par la dévotion à une cause, un mode de vie, ou une relation humaine et qui échoue à produire les résultats espérés.

 

Le désengagement

Un processus dans lequel un professionnel précédemment engagé se désengage de son travail en réponse au stress et aux tensions ressenties.

 

L’épuisement

Le burnout est caractérisé par un épuisement physique, par des sentiments d’impuissance et de désespoir, par un assèchement émotionnel et par le développement du concept de soi négatif, et d’attitudes négatives envers le travail, la vie et les autres personnes ».

 

II - Savoir l’anticiper - Exemples de personnes touchées par le burnout

 

A - « Je connaissais des gens autour de moi l'ayant vécu et je ne comprenais pas comment ils pouvaient en arriver là. À la limite de la moquerie, je ne les comprenais vraiment pas. Et puis vint mon tour, il m'a fallu un sacré temps et des menaces de "vacances forcées" de mon chef pour remarquer que j'y étais. Pas de vraies vacances pendant plus de 2 ans, 12 h de boulot par jour, plus le reste à faire à la maison, plus le sport. Je me suis mise à faire des crises de pleurs, j'étais très susceptible, je pesais 53 kg pour 1,72 m. Mes yeux voyaient les mots mais je n'arrivais pas à lire, je voyais les chiffres, mais je ne savais plus compter, j'entendais des mots mais je n'écoutais pas, impossible de me concentrer, d'avancer dans mon travail, asociale, mes amis n'existaient plus, plus de vie privée. Je dormais mais ça ne me reposait pas. »

 

B - « C'était en 2007 et 2008... Je travaillais jusqu'à 50 heures par semaine. Avec un enfant en bas âge et les tâches ménagères, je ne me couchais pas avant minuit - 1h du matin pour me lever tous les jours à 6 h en semaine et quand je pouvais dormir jusqu'à 7h le week-end c'était une grasse matinée ! J'ai commencé à me sentir très fatiguée, carencée aussi, car étant très stressée, j'avais tendance à compenser en mangeant des grosses quantités de sucre et de chocolat, ce qui a fini par constituer mon alimentation de base. Je devenais insupportable et je commençais à mettre une grosse pression à mon entourage. Et j'ai senti la dépression arriver. »

 

C - « Je suis actuellement en arrêt maladie depuis 1 mois pour épuisement professionnel et je dois reprendre le travail dans 15 jours. Je suis déjà en train de stresser et ne parviens pas à "profiter" de cette pause pour me remettre en question et prendre suffisamment de distance pour attaquer de nouveau le travail plus sereine et détendue. Je ne sais pas s’il s'agit d'un vrai "burnout" ou d'un simple passage à vide..., je ne cesse de me questionner sur le sens à donner à ma vie professionnelle et comment parvenir à retrouver l'entrain et l'énergie qui me caractérisaient !!
Je suis un peu paumée d'autant que je culpabilise par rapport à mes collègues, et à l'image que je leur renvoie ! J'ai envie de ne voir personne, juste rester "bien au chaud" chez moi, le seul endroit où je me sente bien... »

 

III - Comment l’identifier ?

 

Les médecins pratiquent le MBI (Maslach Burnout Inventory) qui est la référence. C’est un questionnaire pour l’évaluation du trouble en 22 items puisque le burnout est une réponse au stress émotionnel chronique à trois dimensions 

a)      L’épuisement émotionnel ou physique (9)

b)      La diminution de la productivité (8)

c)       La sur dépersonnalisation (5)

 

Groupe d’items 1

1 - Je me sens émotionnellement vidé(e) par mon travail

2 - Je me sens à bout à la fin de ma journée de travail

3 - Je me sens fatigué(e) lorsque je me lève le matin et que j'ai à affronter une autre journée de travail

6 - Travailler avec des gens tout au long de la journée me demande beaucoup d'effort

8 - Je sens que je craque à cause de mon travail

13 - Je me sens frustré(e) par mon travail

14 - Je sens que je travaille «trop dur» d ans mon travail

16 - Travailler en contact direct avec les gens me stresse trop

20 - Je me sens au bout du rouleau

 

Groupe d’items 2

5 - Je sens que je m'occupe de certains clients de façon impersonnelle comme s'ils étaient des objets

10 - Je suis devenu(e) plus insensible aux gens depuis que j'ai ce travail

11 - Je crains que ce travail ne m'endurcisse émotionnellement

15 - Je ne me soucie pas vraiment de ce qui arrive à certains de mes clients

22 - J'ai l'impression que mes clients me rendent responsable de certains de leurs problèmes

 

Groupe d’items 3

4- Je peux comprendre facilement ce que mes clients ressentent

7 - Je m'occupe très efficacement des problèmes de mes clients

9 - J'ai l'impression, à travers mon travail, d'avoir une influence positive sur les gens

12 - Je me sens plein(e) d'énergie

17 - J'arrive facilement à créer une atmosphère détendue avec mes clients

18 - Je me sens ragaillardi(e) lorsque dans mon travail j'ai été proche de mes clients

19 - J'ai accompli beaucoup de choses qui en valent la peine dans ce travail

21 - Dans mon travail, je traite les problèmes émotionnels très calmement

 

IV - Le reconnaitre. Résultats

 

Epuisement professionnel : questions 1, 2, 3, 6, 8, 13, 14, 16, 20
- total inférieur à 17: burnout bas
- total compris entre 18 et 29: burnout modéré
- total supérieur à 30: burnout élevé

Dépersonnalisation : questions 5, 10, 11, 15, 22
- total inférieur à 5: burnout bas
- total compris entre 6 et 11: burnout modéré
- total supérieur à 12: burnout élevé

Accomplissement personnel : questions 4, 7, 9, 12, 17, 18, 19, 21
- total supérieur à 40: burnout bas
- total compris entre 34 et 39: burnout modéré
- total inférieur à 33: burnout élevé

 

Un score élevé aux deux premières échelles et un score faible à la dernière signe un épuisement professionnel

  

V- Certaines personnes sont plus « à risque »

 

a)    Personnes ayant des idéaux de performance et de réussite

b)   Personnes liant l’estime de soi à leurs performances professionnelles

c)    Personnes sans autres centres d’intérêt que leur travail

d)   Personnes se réfugiant dans leur travail et fuyant les autres aspects de leur vie

 

VI – Se faire aider

 

Conclusion et conseils aux médecins

a)      La souffrance au travail est le type de situation qui mène au Burnout

b)      Faire un bilan, car la plainte initiale est le plus souvent d’ordre somatique

c)       En parler, car les patients n’abordent pas spontanément le sujet

d)      Evaluer l’entourage et la dynamique familiale

e)      Traiter (ATD, psychothérapies)

 

 
Dr Gilles Nester Psychiatre, Addictologue, Pédopsychiatre des Hôpitaux de Paris

 

Recommandez cette page sur :

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
Cabinet Thérapies Parent Enfant Couple